Archives de catégorie : Food

Tajine de poulet au olives et au citron confit.

tajine de poulet au olives et au citron confit

ingrédients : 250g d’olives vertes – 1 citron confit en saumure – 1 poulet – un morceau de gingembre (gros comme le pouce) – un bouquet de coriandre – sel poivre – un verre de vin blanc sec – huile d’olive – 6 échalotes ou deux oignons – 50cl d’eau chaude ou de bouillon
découpez le poulet en morceaux. Faites-les revenir à l’huile d’olive dans une sauteuse ou une cocotte. Quand les morceaux sont bien dorés, ôtez-les et réservez. Faites ensuite revenir les oignons ou échalotes. Quand ils sont dorés, remettez le poulet, puis ajoutez le verre de vin. Attendez quelques secondes que l’alcool s’évapore, puis ajoutez l’eau chaude ou le bouillon jusqu’à couvrir à peine les aliments. Ajoutez ensuite le bouquet de coriandre rincé et noué avec une ficelle de cuisine, puis le gingembre découpé en allumettes. Salez. Laissez cuire à petit bouillon pendant 3/4 d’heure, jusqu’à ce que le poulet soit bien tendre. Pendant ce temps, faites dessaler les citrons confits : coupez-les en quartiers et laissez-les dessaler une demi-heure dans un récipient rempli d’eau. Egouttez puis découpez ensuite les citrons en petits cubes d’un demi centimètre d’arête. 10mn avant la fin de la cuisson ajoutez les citrons confits dans le plat. Ajoutez ensuite les olives, que vous aurez pris soin de bien égoutter. A cuisson, ôtez le bouquet de coriandre, poivrez, et servez avec du riz basmati ou de la semoule

Il s’agit ici de citrons confits dans le sel et non dans le sucre. On les trouve généralement dans les commerces qui vendent des olives et des fruits confits, mais également en supermarchés au rayon condiments, en bocaux de verre, prédécoupés en petits cubes. On peut également les préparer soi-même : lire la recette des citrons confits pour ne pas perdre le bouquet garni dans la cocotte, il suffit de l’attacher par un bout de la ficelle à une poignée de la cocotte. ce plat est ma version du célèbre tajine marocain qui comprend différentes variaitons

Pourquoi les compléments alimentaires sont-ils devenus indispensables ?

Pourquoi les compléments alimentaires sont-ils devenus indispensables ?

Peut-être êtes-vous de ceux qui pensent qu’avec une alimentation saine et équilibrée on s’assure un apport largement suffisant en vitamines, minéraux, acides aminés, enzymes, etc. Il est vrai que, logiquement, ce devrait-être le cas. Il est également vrai que, par le passé, ça l’était.

Mais, selon l’avis statistiquement dominant des naturothérapeutes, les subcarences induites par l’ensemble des facteurs de pollution – notamment électromagnétiques – entraînent aujourd’hui des dysfonctionnements qu’une alimentation saine ne réussit pas, à elle seule, à réguler.

En fait, les règles à appliquer pour se passer de supplémentation sans risque consisteraient ni plus ni moins à vivre comme le paysan du 19ème siècle, non seulement avec le bon air, l’exercice physique et l’alimentation saine, mais surtout loin de toute forme de pollution et de stress.

De nos jours, le problème des carences nutritionnelles ne se situe donc pas uniquement dans cette malnutrition des pays riches, encouragée par la nourriture des fast food et des boites de conserves.

Même s’il y contribue, ce n’est pas un déficit en « apports quotidiens conseillés » qui est à l’origine de la plupart de cas d’allergie, d’insomnie, de nervosité ou d’anxiété, si fréquents dans nos cités.

Qu’est-ce alors ?

Eh bien par exemple les ondes et autres champs électromagnétiques qui émanent de votre matériel informatique et des fils électriques qui détruisent votre sérotonine et votre mélatonine en se moquant bien de la qualité de votre alimentation.

Autre exemple : le stress des transports, du travail et du manque de temps qui avale des quantités gigantesques de vitamines C et B6, de magnésium, de zinc, etc., et cela même si vous mangez bio.

C’est donc à cause des conditions de vie, tout à fait particulières, du monde moderne que la complémentation est devenue indispensable à toute personne attentive à sa santé.

De toutes manières, rares sont ceux qui peuvent se dire véritablement en bonne santé ; et si quelqu’un a une hérédité cardiovasculaire et a besoin de Coenzyme Q10, à moins qu’il préfère avaler trois kilos de sardines crues par jour, le mieux pour lui est tout de même d’avoir recours à la supplémentation.

Pour découvrir Le secret des élixirs anciens de Jean-baptiste Loin
http://reponsesbio.com/Templates/squeeze-elixirs.html

Source: http://www.contenulibre.com/67-nutrition

Etre écolo ? Oui, mais dans quelles conditions et à quels prix ?

Etre écolo ? Oui, mais dans quelles conditions et à quels prix ?

Si l’on a du temps en faisant les courses attardons nous sur les étiquettes. Il est encore possible de trouver des produits naturels sans logo AB et à un prix correct. Mais attention ! Evidemment, le « naturel » est également tendance. On trouve ce mot partout où il n’y a pas le logo. Comme si tout nos produits étaient atteints par ce virus. Heureusement, certains résistent. Parfois, on trouve des produits aux ingrédients 100 % naturels, sans arôme artificiel ou conservateur et sans ce logo. Les ingrédients de synthèse sont des poisons pour notre corps. Ils sont peu cher, oui, mais nous coûte cher en médecin ! Les économies sont donc nul. Et souvent ils se cachent même derrière le mot « naturel. » Il faut être prudent à la lecture de l’étiquette (de nombreux ouvrages ou articles sur Internet sont disponibles gratuitement pour reconnaître ces symboles). Quant aux fruits et légumes attention ! Prenons l’exemple des tomates ; on en trouve partout et il y a des dizaines de variétés. Des BIO, des naturelles, des transformées et des lointaines. On se rend vite compte que les BIO viennent de loin ! Elles ont fait des milliers de kilomètres pour venir dans nos rayons mais ont le même prix que les françaises; Que les transformées ne sont pas indiquées mais sont reconnaissables à leur rondeur parfaite; Que les suremballées sont rouges mais vertes à l’intérieur et donne des aphtes (souvent un produit est injecté pour leur donner une belle couleur et bien sur on les a arrosées de pesticides)! Et puis, que celles qui sont en vrac, dévalorisées par le consommateur, sont cachées car elles sont peut rentable. Souvent plus cher, tachées et de formes différentes. Celles qu’il faut bien sur manger. Pourquoi ? Parce que les tomates BIO que vous croyez mangez ont d’une part fait des milliers de kilomètres (pas du tout écologique, des tonnes de kérosène ont été utilisé et ont participé par conséquent à l’effet de serre) et d’autre part sont tout aussi chimique si ce n’est plus que les autres (les contrôles sont inexistants donc personne ne sait combien réellement de produits chimiques ont été utilisé!). Alors pourquoi celles du petit producteur sont plus cher ? Parce qu’elles ont été cultivées dans le respect de la nature ! La nature n’a jamais produit de fruits aux formes identiques ! Et puis, très peu de kilomètres ont été faits pour poser les tomates en rayon. Bien sur les tomates ne sont qu’un exemple. Ceci est applicable pour tout les autres fruits et légumes. Et puis rien ne vaut son petit potager ! Même un petit balcon fait l’affaire. Il n’est pas interdit de planter quelques pieds de tomates dans un bac à fleurs. De plus, cela fait prendre conscience du labeur effectué par nos agriculteurs. Enfin, heureusement il existe encore du vrai BIO. Celui qu’on achète, plus cher certes (pour les mêmes raisons citées avant), en magasin spécialisé. On y trouve d’ailleurs de bonne adresse de petits producteurs qui sont la plupart du temps à quelques kilomètres de notre maison.
Il faut se méfier des produits aux prix trop « alléchants » et compétitifs des grandes surfaces. Un petit prix cache souvent une raison !

Artiste et consommatrice de produits de proximité pour limiter l’impact du “faux bio” sur notre environnement.

Source: http://www.contenulibre.com/67-nutrition

Perdre du poids tout en mangeant bien.

PERDRE DU POIDS TOUT EN MANGEANT BIEN

Pour notre perte de poids, en général, nous faisons des régimes très strict. Pas de graisse, pas de boissons sucrés,
diminuer la quantité de viandes ou de poissons etc…

Certes on maigris. Mais à quels prix ? la fatigue s’ accumule, nous sommes plus irritables et nous avons moins d’ énergie.

Le secret se sont les Régimes protéines. Je vous vois sauté au plafond. Vous allez dire : “Oui, je connais, ça ne fonctionne pas et j’ ai eu les signes que vous venez de me signaler. Non ça ne m’ intéresse pas.” Du calme. c’ est vrai que quand on entend les mots “Régime Protéine”, ça nous fait peur. Mais pas du tous. Ces régimes ont maintenant évolués. Comme tout d’ ailleurs.

Avec ces nouveaux régimes protéinés, vous avez l’ assurance de perdre du poids, sans votre énergie. Ils sont suivis et contrôlés. Vous faites ce régime protéiné tout en gardant une alimentation variée et équilibrée. Vous pouvez dans certains régimes protéinés, vous faire plaisir une à deux fois par semaine. Vous voyez, je vous l’ avez dis que cela avait changé.

Le dernier régime protéine que j’ ai fait m’ a fait perdre 4 kg. en trois semaines. Je suis vraiment contente. En plus l’ avantage c’ est qu’ il fallait que je mange énormément de viande en plus des légumes verts et féculents. Je peux vous dire quand sortant de table je n’ avais plus faim. Et deux fois par semaine j’ avais droit à deux ou je pouvais manger ou boire ce que je voulais.
Aujourd’hui, quelques mois après, je n’ ai toujours pas repris un kilo.

Alors laissez vous tentez ! et surtout laissez vous guider.

Je suis une personne qui s’ intéresse à tout et j’ aime faire profiter aux internautes mes petits trucs et astuces, dont en voici une.
http://www.comment-faire-un-regime.com

Source: http://www.contenulibre.com/67-nutrition

Comment éviter l’obésité ?

Comment éviter l’obésité ?

Si nous ne commettons pas trop d’erreurs à table, comment expliquer les chiffres de l’obésité ? Est-ce parce que l’industrie agroalimentaire nous propose des produits de mauvaise qualité ?

L’hypothèse est plausible. Nos achats de nourriture ont en effet beaucoup changé ces trente dernières années : nous délaissons peu à peu les produits peu manufacturés au profit des plats cuisinés (en conserves et surgelés) et des produits sucrés, des variations qui pourraient induire des modifications notables des apports en nutriments.

La nature même de certains ingrédients soulève un problème de santé : huile de palme ou huile de copra, sirop de glucose, fructose, protéine de soja dans des boulettes de bœuf ou de poisson … L’impact négatif de ces ingrédients sur l’obésité est évident. Ce n’est pas seulement la faute de l’industrie agroalimentaire, l’obésité est multifactorielle.

D’autant que certains industriels travaillent bien ou cherchent à faire mieux. L’excès de sel alimentaire en particulier, dénoncé depuis des années à bien diminué dans les produits.
Mais la pression de l’environnement alimentaire industriel et publicitaire exerce une influence majeure sur les comportements parentaux. La promotion d’aliments trop salés, trop gras ou trop sucrés est montrée du doigt en France comme à l’étranger.
Si tant est qu’on sache résister aux tentations, on peut donc construire des repas avec de bons produits, frais ou préparé.

Mais encore faut-il pouvoir se les acheter… Car la qualité des aliments est directement liée à leur prix. Une alimentation équilibrée coute plus cher qu’une alimentation délétère. Un euro permet d’acheter plus de calories de cookies ou de chips que de carottes ou de viande. Or si, un nombre donné de calories apporte la même quantité d’énergie à l’organisme, il ne renferme pas les mêmes nutriments, vitamines, minéraux et oligoéléments. C’est une des raisons (mais pas la seule) pour laquelle les personnes qui ont le moins d’argent sont les plus touchés par l’obésité. Triste réalité.

Pourquoi la nourriture manufacturée coute-t-elle moins cher ? Il y a pourtant davantage de process et d’ingrédients. Bien manger demande en fait du temps, de l’argent et une certaine connaissance de l’alimentation. Du temps pour faire les courses et préparer à manger. De l’argent car la qualité est clairement corrélée au prix. Des connaissances pour s’organiser, s’appuyer sur des basiques et des surgelés ou composer avec les saisons. Si vous avez les 3, vous avez peu de risque d’etre en surpoids.

Ensuite vous devez absolument ajouter à ces 3, un 4eme élément qui est : une activité physique régulière pour toujours garder la ligne. Car le manque d’activité physique est notre point faible: en France et même ailleurs, les efforts se sont beaucoup portés sur l’alimentation, mais peu sur le sport