Etre écolo ? Oui, mais dans quelles conditions et à quels prix ?

Etre écolo ? Oui, mais dans quelles conditions et à quels prix ?

Si l’on a du temps en faisant les courses attardons nous sur les étiquettes. Il est encore possible de trouver des produits naturels sans logo AB et à un prix correct. Mais attention ! Evidemment, le « naturel » est également tendance. On trouve ce mot partout où il n’y a pas le logo. Comme si tout nos produits étaient atteints par ce virus. Heureusement, certains résistent. Parfois, on trouve des produits aux ingrédients 100 % naturels, sans arôme artificiel ou conservateur et sans ce logo. Les ingrédients de synthèse sont des poisons pour notre corps. Ils sont peu cher, oui, mais nous coûte cher en médecin ! Les économies sont donc nul. Et souvent ils se cachent même derrière le mot « naturel. » Il faut être prudent à la lecture de l’étiquette (de nombreux ouvrages ou articles sur Internet sont disponibles gratuitement pour reconnaître ces symboles). Quant aux fruits et légumes attention ! Prenons l’exemple des tomates ; on en trouve partout et il y a des dizaines de variétés. Des BIO, des naturelles, des transformées et des lointaines. On se rend vite compte que les BIO viennent de loin ! Elles ont fait des milliers de kilomètres pour venir dans nos rayons mais ont le même prix que les françaises; Que les transformées ne sont pas indiquées mais sont reconnaissables à leur rondeur parfaite; Que les suremballées sont rouges mais vertes à l’intérieur et donne des aphtes (souvent un produit est injecté pour leur donner une belle couleur et bien sur on les a arrosées de pesticides)! Et puis, que celles qui sont en vrac, dévalorisées par le consommateur, sont cachées car elles sont peut rentable. Souvent plus cher, tachées et de formes différentes. Celles qu’il faut bien sur manger. Pourquoi ? Parce que les tomates BIO que vous croyez mangez ont d’une part fait des milliers de kilomètres (pas du tout écologique, des tonnes de kérosène ont été utilisé et ont participé par conséquent à l’effet de serre) et d’autre part sont tout aussi chimique si ce n’est plus que les autres (les contrôles sont inexistants donc personne ne sait combien réellement de produits chimiques ont été utilisé!). Alors pourquoi celles du petit producteur sont plus cher ? Parce qu’elles ont été cultivées dans le respect de la nature ! La nature n’a jamais produit de fruits aux formes identiques ! Et puis, très peu de kilomètres ont été faits pour poser les tomates en rayon. Bien sur les tomates ne sont qu’un exemple. Ceci est applicable pour tout les autres fruits et légumes. Et puis rien ne vaut son petit potager ! Même un petit balcon fait l’affaire. Il n’est pas interdit de planter quelques pieds de tomates dans un bac à fleurs. De plus, cela fait prendre conscience du labeur effectué par nos agriculteurs. Enfin, heureusement il existe encore du vrai BIO. Celui qu’on achète, plus cher certes (pour les mêmes raisons citées avant), en magasin spécialisé. On y trouve d’ailleurs de bonne adresse de petits producteurs qui sont la plupart du temps à quelques kilomètres de notre maison.
Il faut se méfier des produits aux prix trop « alléchants » et compétitifs des grandes surfaces. Un petit prix cache souvent une raison !

Artiste et consommatrice de produits de proximité pour limiter l’impact du « faux bio » sur notre environnement.

Source: http://www.contenulibre.com/67-nutrition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *